jeudi 14 avril 2011

Le coeur au nord sur twitter


Depuis quelques mois, le Coeur au Nord est disponible sur twitter.
Si vous possédez un compte ou souhaitez en créer un, n'hésitez pas à le faire.
J'envisage de poster des liens vers des articles, des vidéos ou encore quelques anecdotes, histoire d'apporter un complément au blog.

A bientôt !

mardi 12 avril 2011

Islande : Elíasson remporte un prix littéraire


L'islandais Gyrðir Elíasson a remporté le grand prix littéraire du Conseil Nordique aujourd'hui mercredi. L'incroyable style artistique de son recueil de nouvelles Milli Trjann (entre les arbres) a touché le jury.
Né en 1961, Elíasson a écrit une dizaine d'ouvrages de poésie et cinq livres de prose.
Sa plume, très personnelle, marie avec élégance l'imagination créative lyrique et le réalisme.
Au total, 13 auteurs et poètes ont été nominés pour l'édition 2011 de ce prix.
L'année dernière, c'est la Finlandaise Sofi Oksanen qui avait gagné la récompense.
Elíasson recevra la sienne le 2 novembre prochain à Copenhague au Danemark.
Si ce n'est une courte histoire récemment traduite dans le recueil "Nouvelles d'Islande" publié aux éditions Magellan, l'oeuvre de Gyrðir Elíasson n'est malheureusement pas traduite en français.
Espérons qu’Éric Boury ou Catherine Eyjólfsson remédient à cette situation !

mercredi 6 avril 2011

Moddi : un écorché vif à la musique bouleversante

Le jeune artiste dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui s’appelle Moddi. Il a 23 ans, voue un culte aux pulls norvégiens (!) et ne connait pas le douloureux complexe de la chute de cheveux. En vérité, Pål Moddy Knutsen (en entier sur la carte d’identité) se joue de tout artifice. Il en va de même pour sa musique. Bruts de mélancolie, ses textes et ses mélodies sont à l'image des paysages qu’il voit le matin quand il ouvre les yeux et regarde la mer, là-haut, près du cercle polaire.

Son premier album s’appelle Floriographie. Pour quelles raisons a-t-il voulu évoquer l’importance du langage des fleurs dans un opus où jamais on ne les voit ? Probablement pour transmettre une pensée en filigrane, une invitation à regarder et à écouter chaque élément de la nature, visible ou invisible : les vagues, le souffle du vent, les roches immobiles, chacun étant porteur d'un message.
Véritables plages de 5 à 7 minutes, ses titres sont marqués par des univers poétiques et des tristesses vagues, comme dans le bouleversant « a sense of grey ». On reconnaît les grands artistes au don qu’ils ont à vous faire imaginer, avec de minuscules détails, de véritables scènes imagées et ce, dès les premières mélodies. Avec Moddi, il n’est pas difficile deviner la beauté des montagnes norvégiennes, les ciels bousculés de nuages et la mer qui s’offre toute entière au regard. Cette mer de contrastes, qui donne aux hommes et leur reprend tout, parfois jusqu'à la vie.


Cette dualité, on la retrouve dans les morceaux du norvégien, dont la construction respecte un schéma bien établi, déterminé par deux ou trois minutes apaisées, qu’une véritable souffrance rattrape en plein vol. Je pense notamment à « smoke » ou à « stuck in the waltz », dont la langueur s’infiltre dans chacune de nos fêlures, pour nous permettre de saisir l’immense complexité d’un artiste écorché vif, évoluant entre tourmente et espoir. Des extrêmes que renforcent les cordes et les vents, violon, viole, guitare et accordéon.

Une fois les 8 titres écoutés (dont un bonus en norvégien !) Floriographie apparaît sans conteste comme un album triste. Mais pas de ces tristesses rongeantes qui s'installent durablement. Plutôt des tristesses de passage qu'une ode à nature enveloppent d’espoir. Un jeu d'équilibriste difficile mais que Moddi relève à la perfection.

video